Que fait la FGTB ?

La FGTB défend les intérêts des travailleurs dans l’entreprise.

Seul, on est vulnérable. L’action syndicale collective permet de défendre les intérêts de tous. Dans l’entreprise, cette action s’organise via la délégation syndicale , le conseil d’entreprise et le comité de prévention et de protection du travail (CPPT)… quand ils existent. Car s’il y a des obligations légales, un grand nombre d’entreprises y échappent encore. C’est le cas des petites et moyennes entreprises ( PME ). Quand on connaît leur nombre impressionnant en Belgique, on comprend qu’il y ait là un combat essentiel à mener pour la démocratie économique et sociale. La FGTB est à l’origine de nombreuses conquêtes sociales.

La FGTB défend les intérêts des travailleurs dans les négociations collectives.

De nombreux problèmes ne se règlent pas à l’échelle de l’entreprise. Des questions générales, telles que salaire, durée du travail, flexibilité, etc. se règlent à travers des  » conventions collectives « . Celles-ci sont négociées au sein de  » commissions paritaires « , entre les représentants des organisations syndicales et les représentants des employeurs. Ces conventions collectives valent également pour les travailleurs des PME. En effet, les avantages qui y sont obtenus par les syndicats s’appliquent à toutes les entreprises du secteur. C’est par ce biais que la FGTB peut être aujourd’hui solidaire des travailleurs des PME. Pour atteindre ses objectifs, la FGTB informe, revendique et négocie avec le patronat : c’est le dialogue social.

La FGTB offre des services à ses affiliés.

La FGTB a créé des instituts de recherches, de formation et d’études. Elle propose aussi des activités syndicales et culturelles à destination de travailleurs et de leur famille.

En Wallonie, l’Institut Wallon d’Etudes, de Recherches et de Formation IWerf et le Centre d’Education Populaire André Genot (CEPAG) qui produit les émissions télévisées et radio de la FGTB wallonne, Solidarité Internationale des Travailleurs Nord-Sud, une ONG (organisation non gouvernementale) de soutien au Tiers-Monde (SITNS), la commission wallonne des femmes, les étudiants FGTB, les jeunesses syndicales FGTB, les groupes chargés de l’animation des immigrés, des travailleurs sans emploi, des pensionnés et prépensionnés.
A Bruxelles, la centrale culturelle bruxelloise (CCB) et l’asbl « Habiter Bruxelles ».
En Flandre, l’Instituut voor Vakbondsvorming, la Culturele Centrale, l’association Welkom (travailleurs immigrés), Werklozenwerking (travailleurs sans emploi), KOPA (projets de formation des travailleurs sans emploi), Vlaams Vrouwenbureau, ABVV jeugddienst (service jeunesse), Bruggepensioneerden en Gepensioneerden (pensionnés et prépensionnés).

La FGTB aide et défend les travailleurs sans emploi.

La FGTB est un organisme de paiement d’allocations de chômage. Elle le fait pour le compte de l’Etat, bien sûr.
Chaque Régionale FGTB paie les allocations dans le souci d’assurer le service le meilleur et le plus rapide.
De plus, elle conseille, aide, guide le chômeur dans toutes ses démarches. Elle le défend en cas de litige avec l’ONEm.

Dans chaque régionale FGTB existe un Office de Droit Social (ODS). Chaque affilié peut y disposer gratuitement de l’aide d’assistants sociaux, d’experts, de juristes, … L’Office de Droit Social assure la représentation du travailleur devant les juridictions du travail; il se charge d’introduire la requête, l’assignation ou la citation devant elles.

La FGTB représente les travailleurs et défend le monde du travail.

La vie sociale est tissée de conseils, de commissions, d’offices, …., dans lesquels les organisations syndicales sont officiellement représentées : c’est la concertation sociale.

La FGTB fait des choix de société et défend un projet qui garantit les intérêts des travailleurs actifs et non actifs ( chômeurs, prépensionnés et pensionnés ). C’est ainsi qu’à travers des mécanismes de concertation, en menant des actions, elle pèse sur des politiques définies par tous les pouvoirs en face desquels elle veut être un contre-pouvoir.

La FGTB est aussi un des acteurs principaux de la négociation interprofessionnelle. En effet, patronat et syndicat tentent, en principe tous les deux ans, de définir un accord interprofessionnel (AIP), qui est un gage de solidarité entre travailleurs.

La FGTB organise tous les travailleurs.

Les travailleurs, ce sont aussi des sans emploi ou des prépensionnés et pensionnés. Ce sont des hommes ou des femmes. Ce sont des jeunes. Ce sont des immigrés.

La FGTB est attentive aux spécificités de tous ces groupes. Elle est à l’écoute des attentes de tous.

Un des défis actuels est justement de continuer à garantir la solidarité de tous les travailleurs même si ceux-ci présentent parfois des caractéristiques un peu différentes qui pourraient les diviser.

La FGTB informe ses affiliés.

Enfin, la FGTB informe ses affiliés au travers des bimensuels  » Syndicats  » et  » De Nieuwe Werker « , mais aussi de brochures d’information et d’émissions de radio et de télévision (Tribunes économiques et sociales), qui sont diffusées par la RTBF – VRT radio.

La FGTB, un syndicat moderne et combatif

La FGTB rassemble aujourd’hui plus d’un million de membres. La FGTB est une organisation démocratique, représentative du monde du travail. Elle défend les travailleurs au sein de nombreux organismes et institutions.

Tous ses affiliés, militants et délégués peuvent s’exprimer librement au sein de son organisation. Ils sont représentés à tous les niveaux des instances. Son organisation est régie par des statuts.

Un syndicat socialiste

La FGTB, un syndicat démocratique qui défend un projet d’une société plus juste et plus égalitaire.

Dès sa naissance, il y a 100 ans, la FGTB a poursuivi un objectif majeur: développer une société où règne la justice sociale et où chacun, en fonction de son travail et de ses besoins, accède à la part de richesses qui lui revient.

Pour la FGTB, la démocratie politique doit être complétée par une démocratie économique et sociale. Elle agit donc en ce sens à partir de la base qui est la sienne: le monde des travailleurs, les allocataires sociaux et les travailleurs sans emploi.

La FGTB entend avancer vers l’idéal en tenant compte du réel. Elle veut donc non seulement une réforme fondamentale de la société, mais travaille aussi à la réalisation des revendications immédiates des travailleurs.

Comme telle, elle a pris sa place au sein d’un système de concertation sociale, par certains traits, propre à la Belgique, mais également proche d’un modèle social européen en gestation.

Mais la FGTB n’en reste pas moins un syndicat revendicatif. Son principe d’action est « négocier quand c’est possible, se battre chaque fois que nécessaire « .

Un combat juste et solidaire,

Toujours en première ligne.

La FGTB, un syndicat porté par ses membres

Les membres de la FGTB sont très attachés à leur syndicat et à son programme. Ils sont toujours prêts à se mobiliser et à mener des actions pour atteindre leurs objectifs de justice sociale et de solidarité. La FGTB est leur syndicat, construit par eux et pour eux.

La FGTB mène un combat juste et solidaire

La FGTB est de tous les combats qui visent à une société plus juste. Combats pour renforcer la démocratie politique, économique et sociale, améliorer les conditions de travail, développer l’emploi de qualité, réduire le temps de travail, garantir la sécurité, organiser la solidarité, lutter contre la pauvreté, protéger l’environnement, renforcer l’égalité entre tous, donner la priorité aux services publics.

La FGTB est au service de ses militants

La force de la FGTB réside dans sa volonté de réaliser le programme décidé, lors du congrès fédéral par ses militants.

La FGTB est un syndicat combatif.

Toujours en première ligne pour défendre les plus démunis et le monde du travail, la FGTB est en première ligne pour plus de justice et de démocratie politique, économique et sociale. Elle a mené tout au long de son existence de nombreux combats et est à l’origine, avec d’autres, de nombreuses conquêtes sociales.

Plus d’infos sur:  http://www.fgtb.be/web/guest/home-fr