Jeunes et Antifascistes

L’antifascisme est un combat qui ne se limite pas à la seule lutte contre le racisme et les partis d’extrême-droite. Il faut également combattre le système qui permet à ces idées de germer, c’est pourquoi notre antifascisme s’oppose au capitalisme. Nous voulons investir de manière solidaire et progressiste les luttes sociales (féministes, anticapitalistes et anti autoritaires) dans un esprit internationaliste.

Dans notre société, nous sommes systématiquement mis en concurrence pour un emploi, un logement, un diplôme… Le patronat utilise et renforce cette confrontation de tous contre tous pour faire baisser les salaires et alourdir la pression au travail. L’exclusion sociale s’étend : en Belgique, il est probable que l’on atteigne les 750 000 chômeurs en 2010. A Bruxelles ou à Charleroi, c’est plus d’un jeune sur trois qui est au chômage. A côté de ça, la vie devient de plus en plus difficile dans nos quartiers. Des pâtés de maison entiers tombent dans l’insalubrité, l’accès à l’enseignement est de plus en plus cher, le travail devient de plus en plus rare,…

Cette crise est avant tout celle d’un système capitaliste à l’agonie : les politiques néolibérales ruinent les perspectives d’avenir, renforcent l’exclusion et attisent les rancœurs. C’est l’occasion rêvée pour l’extrême-droite de faire passer ses idées racistes et violentes. Et sur cette base, même s’il est vrai qu’on est plus dans les années 1930, le danger de la voir gagner du terrain est bien réel.

L’extrême-droite est un outil du capitalisme utilisé pour diviser la classe des travailleur-ses. En effet, elle resurgit toujours en temps de crise afin de s’assurer que rien ne change, canalise les colères des jeunes et des travailleur-ses en les orientant vers de mauvais ennemis.

Ne nous trompons pas d’adversaire : c’est au capitalisme qu’il faut s’en prendre ; pas à ceux et celles qui souffrent de son application.

Nous voulons empêcher les actions fascistes sur le terrain et nous nous opposons à la diffusion de leurs idées (directes, insidieuses et/ou banalisées) et ce, qu’elles émanent de tout parti, média ou organisation.

L’extrême-droite propose des idées primaires (sexisme, homophobie, racisme, …) pour instrumentaliser la haine – bien légitime –  contre le système, au profit de ses propres objectifs.

De plus en plus de jeunes risquent de choisir l’extrême-droite si aucune alternative crédible de gauche n’est concrétisée. Pour combattre ça, on doit lutter contre le néolibéralisme, on doit lutter pour des emplois, des logements et un enseignement de qualité pour tous.

Défendre notre avenir et combattre l’extrême-droite vont de pair: c’est pourquoi nous devons nous organiser et lutter ensemble sous le slogan

« Du boulot, pas de racisme !»

« Avec l’extrême droite, la cible c’est toi !»

Plus d’infos ici