Résistance internationale!

Les jeunes du monde entier subissent gravement les conséquences de la crise économique.  Dans tous les pays, leurs conditions de travail sont précaires et ils sont les premiers à être licenciés au sein des entreprises. Des mesures fermes doivent être adoptées pour les protéger.

Par des projets internationaux concrets, nous travaillons sur les enjeux d’une conscience citoyenne mondiale des jeunes travailleurs.  A titre d’exemple les projets YES et EPOCA sont l’occasion de réfléchir aux enjeux de la mondialisation de l’économie et des plans d’action pour y résister.

Résistance mais aussi proposition de nouvelles formes de luttes croisées avec les différents membres de la société civile (seniors, femmes, migrants….)

Pour t’informer sur nos projets internationaux :

Projet CERISE (2015-2016)

Projet EPOCA (2013-2014)

Projet YES (photos)

N’hésite pas à nous contacter si tu souhaites nous rejoindre.

 

Working-Class-Heroes

 

Projet européen EPOCA : la démocratie sociale et politique en action(s) !

Les Jeunes FGTB coordonnent un projet soutenu par le BIJ et la Commission Européenne dans le cadre du programme « Jeunesse en action». EPOCA réunit de jeunes délégués et militants de Belgique, d’Espagne et de Grèce.

Face à un futur incertain et une précarité socio-économique grandissante, de jeunes militants syndicaux et associatifs d’Europe ont décidé d’unir leurs efforts et leurs expériences pour exercer au mieux leur droits politiques et sociaux. Conscients de l’impact toujours plus important des décisions européennes dans leur quotidien, ils explorent les voies du développement d’une citoyenneté européenne, active et militante.

De mai 2013 à juin 2014, 40 jeunes militants se rencontreront à plusieurs reprises pour définir de nouvelles méthodes d’action collective sur et en dehors du lieu de travail. L’originalité du projet réside dans la mise en commun des expériences syndicales et associatives des jeunes participants. L’objectif principal du projet étant de créer des « outils » (campagnes, vidéos, brochures, fiches d’animations, etc.) qui pourront être utilisés au niveau national et international pour mener des actions de sensibilisation, de résistance et de conquête de nouveaux droits.

Concrètement, les jeunes participants sont invités à travailler en binôme (1 jeunesse syndicale et 1 association, de 2 pays différents) pour faire émerger des thématiques et/ou des outils pédagogiques. Ce sont donc les participants qui créent ces outils de A à Z. L’objectif central de cette démarche étant qu’ils se les approprient et soient prêts à les utiliser dans leur entreprise, dans leur association, dans leur collectif militant, dans leur quartier, dans leurs échanges internationaux… partout, en somme !

Lors des deux rencontres plénières du projet, l’objectif est de mettre en commun les propositions des différents binômes et de placer un contenu commun dans les différentes thématiques envisagées.

La première rencontre plénière s’est déroulée à Athènes du 25 au 29 septembre dernier. Un programme de travail chargé attendait les participants : présentation du projet, groupes de travail, visites de lieux symboliques, activités festives du soir, etc.

4 jours de travail bien intense ! Mais quelle montagne ne peut-on gravir quand on a le soleil, la fraternité militante et la bonne humeur qui nous poussent dans le dos J ?

De nombreuses thématiques de travail ont émergé : rôle de l’enseignement dans le développement d’un esprit critique et d’une volonté d’action collective, résistance face aux discriminations multiples au travail pour les jeunes, conscientisation environnementale des travailleurs et des entreprises, lutte pour un salaire minimum au niveau européen, lutte contre l’imposition de modèles culturels et économiques dominants, meilleure intégration de l’action syndicale au niveau européen pour lutter contre la dégradation des conditions salariales et de travail partout en Europe, réforme des institutions européennes vers plus de démocratie, etc.

Elles seront approfondies lors de la seconde réunion plénière qui se déroulera à Madrid du 26 février au 2 mars 2014.

Au-delà de la période d’éligibilité du projet, il s’agit de créer un véritable réseau de jeunes syndicalistes et militants qui n’ont pas l’habitude de participer à des colloques européens formels. C’est notamment de là qu’EPOCA tire sa force : l’inscription dans la réalité socioprofessionnelle de chacun de ses membres.  La création de démultiplicateurs capables de s’inspirer du vécu et de créer de nouvelles formes de résistances sur et en dehors du lieu du travail est donc une des priorités à long terme du projet EPOCA.

Le projet dispose d’un site internet (youthepocaproject.eu) sur lequel sont disponibles les articles relatant les activités et résultats de la rencontre d’Athènes, les interviews réalisés à Athènes et les photos de la rencontre.

Le site sera étoffé dans les semaines à venir, mais n’hésitez pas à venir y jeter un coup d’œil dès maintenant : vous y trouverez des informations intéressantes et différentes pistes sur les sujets qui seront au cœur de l’action syndicale de demain !

Janvier 2014