s'unir
lutter

Santé sacrifiée, la loi du marché démasquée

Santé sacrifiée, la loi du marché démasquée

13.05.20

Depuis le début de la crise du coronavirus, il est impossible d’échapper à ce que la presse intitule parfois la saga des masques : destruction et non renouvellement du stock stratégique de FFP2 en 2019[1], commande de 3 millions de masques non conformes début avril 2020[2], pénurie de masques conformes pour le personnel en première ligne[3], appel aux dons et au bénévolat pour en fabriquer[4]…

Veille de la première phase de levée du confinement : des millions de masques apparaissent à la vente dans les supermarchés[5], à des prix parfois exorbitants et dont l’efficacité laisse à désirer[6].

Interpellée à la chambre à la fois pour demander comment la grande distribution a pu cacher des stocks durant des semaines alors que le personnel de première ligne tombait par manque de matériel adéquat mais aussi de savoir pourquoi le gouvernement n’encadrait pas les prix, la Première Ministre Wilmès aura cette phrase pour se défendre : « Faire semblant que la loi de l’offre et de la demande n’existe pas (sur les masques), c’est mentir à la population »[7].

Les Jeunes FGTB ne peuvent une nouvelle fois que constater que les stratégies de gestion du gouvernement face à la crise sont majoritairement guidées par un souci économique[8][9][10]. Cette sortie assassine est pourtant plus étonnante quand elle émane d’un gouvernement disposant de pouvoirs spéciaux qui n’a pas hésité pour des raisons sanitaires évidentes à nous priver de droits élémentaires tels que notre liberté de nous déplacer, de voir nos familles, d’accéder aux écoles, aux lieux culturels, d’interdire aux petits indépendants d’exercer leur activité, … Le 25 avril lors de la conférence de presse, la Ministre va même inverser l’un des principes de base de la démocratie en déclarant « tout ce qui n’est pas autorisé n’est pas permis. »

Il faut croire que disposer de pouvoirs spéciaux, pouvoirs qui donnent la possibilité de suspendre des droits constitutionnels élémentaires, ne permet pas de contrer la sacrosainte « Main invisible du marché » et sa règle d’or qu’est « la Loi de l’offre et de la demande ». Nous en avions déjà eu l’exemple avec la possibilité de permettre aux patrons l’engagement d’étudiant.e.s à la place de travailleurs et de travailleuses pour assurer la routine économique à moindre coût avec perte sèche pour la sécurité sociale.

Personnel soignant, éducateurs et éducatrices spécialisé.e.s, caissières et caissiers, travailleurs et travailleuses des services de poste et de livraison, personnel des services de garderies, techniciennes et techniciens de surface, personnel de la gestion des déchets, … Le gouvernement ne peut saisir les stocks de masques pour vous protéger ; cela va à l’encontre de « la Loi de l’offre et de la demande ».

Les Jeunes FGTB sont convaincus que la demande d’une majorité de citoyens est toute autre : voir nos proches dans un cadre familial et non au détour d’une allée d’un supermarché, avoir accès à la culture et non au retour à une consommation de masse, accès aux commerces de proximités et non à la folie des grandes surfaces, accès à une garantie de financement et de gestion de services publics (et notamment ceux de la santé) qui assurent aide et soin à l’ensemble de la population Pour les Jeunes FGTB, les préoccupations du gouvernement de crise n’ont jamais été différentes de celles du gouvernement précédent : la machine économique doit fonctionner, coûte que coûte. Peu importe de priver les citoyens de droits élémentaires tant que les lois du marché continuent à fonctionner et que ce soit fait au détriment des deniers publics.

Les Jeunes FGTB pensent que l’ensemble de la population peut enfin concevoir aujourd’hui ce que vivent les travailleurs et travailleuses invisibles qui font rouler le système économique. Aujourd’hui, par l’intermédiaire de « la Loi de l’offre et de la demande », nous mesurons en grande majorité la réelle distanciation sociale qui est la conséquence même de notre système libéral : la reconnaissance de notre capacité à consommer ou non, même pour ce qui est de l’essentiel.

Hier, des familles entières se demandaient le 15 du mois si elles devaient se nourrir ou se soigner ; elles devront aujourd’hui faire la part entre se nourrir, se soigner ou se protéger.


[1] https://www.levif.be/actualite/belgique/quand-maggie-de-block-faisait-detruire-six-millions-de-masques-contre-le-coronavirus-sans-les-remplacer/article-normal-1268215.html
[2] https://plus.lesoir.be/293652/article/2020-04-09/un-nouveau-revers-pour-la-belgique-3-millions-de-masques-ffp2-non-conformes?_ga=2.223610651.1249443465.1589183425-1348696538.1548859093
[3] https://www.lalibre.be/planete/sante/une-penurie-sans-precedent-face-au-covid-19-les-hopitaux-manquent-de-materiel-medical-et-font-appel-aux-dons-5e738c359978e201d8c086e1
[4] https://plus.lesoir.be/298877/article/2020-05-05/les-couturieres-professionnelles-ne-sont-elles-bonnes-qua-faire-du-benevolat
[5] https://www.dhnet.be/actu/belgique/des-masques-chirurgicaux-en-grandes-surfaces-cela-pose-question-5eb1abb97b50a67d2e1a2c35
[6] https://www.rtbf.be/info/societe/detail_coronavirus-les-masques-vendus-en-supermarche-sont-de-pietre-qualite-selon-l-infectiologue-jean-luc-gala?id=10496263
[7] https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_coronavirus-en-belgique-les-masques-aussi-soumis-a-la-loi-de-l-offre-et-de-la-demande-estime-wilmes?id=10497553
[8] https://jeunes-fgtb.be/fr/covid-19-les-jobistes-ne-sont-pas-de-la-chair-patron/
[9] https://jeunes-fgtb.be/fr/confinement-et-scolarit-quand-le-souci-pdagogique-masque-la-servitude-au-modle-conomique-nolibral/
[10] https://jeunes-fgtb.be/fr/cynisme-et-concurrence-dloyale-sur-fond-de-relance-conomique/

Illustration : Adam Smith, Jon Jordan, Flickr

LinkedIn Facebook

En visitant et en utilisant ce site web et en prenant contact avec le responsable du traitement, vous consentez expressément à ce que nous recueillions et traitions, selon les modalités et principes décrits dans la charte vie privée, vos données à caractère personnel.

J'accepte